Catégories
Histoire

Jean-Marie Calmettes, un enfant de Wissous

Jean-Marie Calmettes est un artiste wissoussien inconnu dans sa commune natale.

Jean-Marie CALMETTES est né à Wissous le 14 avril 1918. Il est décédé à Trèbes dans l’Aude et il a été enterré au cimetière d’Eguilles dans les Bouches du Rhône le 12 novembre 2007.

Il a été l’un des plus grand artiste français de l’après guerre.

Après être passé par l’Ecole des Arts Appliqués, puis par l’Ecole des Art Décoratifs, il entre à l’Ecole des Beaux Arts en 1938 et s’oriente vers la peinture. Après sa démobilisation en 1940, il entre à l’Académie de la Grande Chaumière et fonde le groupe de l’Echelle avec Cortot, Busse et d’autres.  Il commence à exposer dans divers salons en France et à l’étranger (Montréale, Philadelphie, Milan, Genève, Los Angeles, Chicago, Dallas …)

Il obtient le Prix de la jeune Peinture en 1947, un Prix Hallmark en 1949, le Prix du Dôme en 1953 et le Prix Othon Friesz en 1954.

Jean-Marie CALMETTES a été professeur à l’Ecole des Beaux Arts de Paris de 1973 à 1983.

Il  se fait connaître après la guerre par ses natures mortes en noir et blanc. Il puise alors son inspiration dans le cubisme de Roger de La Fresnaye (1885-1935), lui-même peintre cubiste élève de Maurice Denis et Paul Sérusier. Peu à peu Jean-Marie CALMETTES abandonne les natures mortes et le tout blanc et noir, et suggère dans ses œuvres les fenêtres ouvertes sur l’extérieur avec la lumière en introduisant les ocres et les jaunes.         

Après avoir commencé par le cubisme analytique il s’oriente vers ce que l’on a appelé l’abstraction française.

Ses œuvres se trouvent dans des collections privées et dans les musées des Arts Modernes de Paris, de Londres, de New York, de Bruxelles entre autres.

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.